Blessures

Le terme de « blessés » dans un accident de la circulation recouvre en réalité plusieurs cas de figure. Notamment, on évoque assez fréquemment les termes de « blessés hospitalisés » et /ou de « blessés légers » dans la presse ou dans les études spécialisées en sécurité routière. Le blessé léger (ou BL) peut être défini comme la personne victime d’un accident corporel de la route dont l’état de santé ne nécessite pas une hospitalisation ou lorsque cette hospitalisation ne dépasse pas les 24H. A contrario le blessé hospitalisé (ou BH) se présente bien comme la personne dont l’état de santé nécessite une hospitalisation à plus de 24 heures et qui « ne décède pas dans les 30 jours après l’accident ».

Cette typologie n'est cependant pas assez fine pour exprimer la gravité des lésions :  il existe une classification plus fine selon la probabilité de survie des blessés. Cette codification des lésions initiales de chaque blessé grave est compris entre 1 (gravité mineure) à 6 (gravité maximale) et a été définie dès la fin des années 70 aux Etats-Unis (via une échelle appelée AIS ou « Abbreviated Injury Scale). Différentes études de la sécurité routière issues de collectes d’informations dans des instituts de soins permettent une connaissance notamment des blessés graves. Ces remontées d’informations permettent d’évaluer la nature des blessures et leur localisation, leur typologie (suivant le type d’usager qu’il soit véhiculé ou non), ou enfin de connaître par exemple la distribution des blessés graves par âge. Il est également possible de croiser et de comparer les données collectées par les Forces de l’Ordre (Police, Gendarmerie, CRS) après un accident corporel avec les données recueillies par des organismes de soins (rassemblées pour le département 69 dans ce que l’on appelle le « Registre du Rhône ») pour avoir une meilleure connaissance des blessés graves.

Par ailleurs, à partir de la codification des lésions de la Classification Internationale des Maladies (CIM), les chercheurs estiment également les séquelles à prévoir suivant la nature de la lésion et la région corporelle atteinte. Ces séquelles peuvent aller du handicap léger au handicap « lourd » rendant impossible certaines fonctions motrices, sensorielles, etc.

urgences pour enfants