Les Stupéfiants

Il est assez difficile d’avoir des données précises sur le nombre d’usagers de la route impliqués dans les accidents avec présence de substances illicites car le résultat de tests aux stupéfiants n’est pas complètement renseigné dans les fiches récapitulatives des circonstances d’accident qui servent de base aux données statistiques de la sécurité routière. Plus précisément, l’information n’est pas renseignée pour 37 % des accidents non mortels, alors que cette information est présente dans 63 % des cas d’accidents mortels. Les données chiffrées ci-dessous sont extraites de ces deux sous-ensembles. Ainsi si 27 % soit 494 personnes ont été tués (dont 439 conducteurs de véhicules) dans un accident avec stupéfiant, on peut estimer par extrapolation que le pourcentage réel est plus proche de 37 % que de 27 % (soit 778 personnes tuées au « réel »).

Conducteurs alcoolisés et positifs pour au moins un produit stupéfiant

Sur 439 conducteurs positifs aux stupéfiants impliqués dans un accident mortels, 50 % étaient positifs au test d’alcoolémie avec un taux supérieur à 0,5g/l. Ce taux est similaire pour les impliqués dans les accidents corporels. 58 % des conducteurs impliqués dans les accidents mortels étaient âgés de 25 à 44 ans.

Conducteurs et piétons positifs pour au moins un produit stupéfiant

Dans les accidents mortels, 28% des cyclistes contrôlés sont positifs aux stupéfiants, pour 14% des automobilistes et 5% pour les conducteurs de poids lourds. Parmi les 18-24 ans, 23% des conducteurs contrôlés dans les accidents mortels sont positifs. Pour les 25-34 ans cette proportion est presque équivalente (21%) mais elle chute fortement pour la tranche d’age des 45 ans et plus ( 4%).

La nuit, le jour et le type de journée

Encore une fois, les données recueillies ne permettent pas d’avoir une vision totale du réel car le résultat de test aux stupéfiants est renseigné pour seulement 40 % des piétons tués. Sur les 42 les piétons tués et contrôlés positifs, 22 avaient entre 18 et 34 ans. La nuit, les conducteurs positifs aux stupéfiants son presque deux fois plus souvent présents que les accidents mortels le jour. Ils sont plus souvent présents dans les accidents mortels le week-end que les jours ouvrés.