Comportements déclarés

De nombreux sondages sont organisés par divers commanditaires, publics ou privés. Les thématiques traitées sont variées : alcool, téléphone au volant, risque routier professionnel, comportement des parents automobilistes... L'ONISR assure une veille et présente un panel de résultats chaque année dans le bilan de la sécurité routière.

Des sondages variés en sécurité routière

Les sondages des conducteurs sont des moyens pertinents d’analyse des comportements de la population. Les réponses des personnes sondées sont basées sur du déclaratif. Dans ce sens, les résultats de sondages viennent compléter l’étude de l’accidentalité ou les observations sur le terrain.

Certains organismes conduisent des baromètres annuels, ce qui permet d’étudier les évolutions des comportements au fil du temps.

Vitesse, alcool, stupéfiants, téléphone au volant... Des facteurs de risque d’accidents de la route

Dans le 8ème baromètre de la conduite responsable de la Fondation Vinci Autoroute (février 2018), 9 conducteurs français sur 10 ont admis dépasser de quelques kilomètres par heure les limitations de vitesses. Aussi, malgré le fait que 2 français sur 3 pensent que la conduite sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants est la première cause d’accidents mortels de la route, il arrive à près d’un répondant sur 5 de prendre le volant en ayant dépassé la limite d’alcool autorisée et à 7 % de conduire alors qu’ils ressentent les effets de l’alcool. Toujours selon ce même baromètre, 21 % des conducteurs utilisent le téléphone tenu en main, 12 % avec une oreillette ou un casque (malgré l’interdiction de la pratique depuis juillet 2015) et 44 % avec un système Bluetooth ou un haut parleur intégré. 26 % des conducteurs lisent ou envoient des SMS ou des mails.

Les conducteurs français admettent ne pas toujours respecter les règles de circulation.

Le 8ème baromètre de la conduite responsable de la Fondation Vinci Autoroute met en évidence les comportements dangereux au volant : 63 % des conducteurs ne mettent pas le clignotant pour doubler ou changer de direction, 58 % ne ralentissent pas à l’approche de zone de chantier et 1 conducteur sur 2 admet rester sur la voie du milieu sur autoroute alors que la voie de droite est libre.

Aussi, 58 % des conducteurs sont convaincus que la présence d’un passager ne modifie pas leur conduite. Pourtant, 82 % des français (85 % des femmes) demandent au conducteur de ralentir s’ils observent un dépassement de vitesse, 77 % l’incitent à faire une pause après 2 heures de conduite et 69 % lui demandent de ne pas répondre à un appel ou un SMS.

En 2017, la 6ème édition de l’Observatoire des comportements de Sanef montre que, sur autoroute, 41 % des véhicules roulent encore au-dessus de la vitesse autorisée (contre 37 % en 2015 et 43 % en 2016. Après 2 années d’amélioration, 2017 est marquée par une dégradation du respect des distances inter-véhiculaires.1 conducteur sur 4 roulait trop près du véhicule qui le précédait. Ce comportement est particulièrement dangereux, car si un événement imprévu survient dans ces conditions, il est quasiment impossible d’éviter l’accident.

Les parents au volant et les comportements à risque

L’institut Opinionway a analysé pour Attitude Prévention les comportements des parents lorsqu’ils conduisent en présence de leurs enfants (Les parents au volant en présence de leurs enfants, juillet 2017) : 89 % ont déjà adopté un comportement dangereux, les hommes étant plus sujets à prendre des risques (91 %). Les premiers comportements à risque en présence des enfants relevés sont l’énervement, le dépassement des limites de vitesse et la conduite en étant fatigué. 11 % des parents ont déjà oublié de vérifier le port de la ceinture et 3 % ont déjà oublié d’attacher leurs enfants.

L’association Prévention Routière, en collaboration avec bébéconfort et le Laboratoire d’analyse (LAB), a présenté une étude sur la sécurité des enfants en février 2016. Selon les chiffres, en voiture, deux enfants sur trois ne sont pas correctement retenus. 4 % des enfants ne sont pas attachés. 48 % des sièges auto ne sont pas correctement mis en place (épaule en dehors de la ceinture de sécurité…). 52 % des problèmes soulevés pourraient causer de graves blessures en cas de choc.

Des sondages internationaux, un moyen de comparer les comportements des conducteurs français aux conducteurs étrangers

L’enquête en ligne du projet ESRA croise le regard que portent les usagers de la route sur la sécurité routière en Europe et en Amérique latine. Globalement, les répondants en Amérique latine déclarent plus souvent avoir adopté un comportement à risque au moins une fois dans les douze derniers mois que les répondants européens. Deux tiers des français interrogés ont admis avoir conduit en état de fatigue dans les douze derniers mois. Un tiers aurait envoyé un message ou un e-mail au volant.

Résultats de l’enquête ESRA, Phase 1, 2015-2017.
Quel regard les usagers de la route portent-ils sur la sécurité routière? Enquête en ligne du projet ESRA 1 au sein de 38 pays

Une étude d’Aviva Consumer Attitudes Survey (mars 2017) menée sur 13 pays dans le monde montre que 80 % des automobilistes français admettent ne pas toujours adopter de bons comportements au volant. Ils sont ceux qui bavardent le plus avec les autres passagers (89 %) mais ceux qui se maquillent le moins au volant (3 %).