Limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes hors agglomération sans séparation centrale

Après de premiers résultats publiés en janvier 2019, l'ONISR et le Cerema mettent à jour avec les données définitives 2018 et provisoires 2019.

L'impact de cette mesure sur les vitesses pratiquées, les accidents, les temps de trajet, est suivi par le Cerema et l'ONISR.

Depuis le 1er juillet 2018, la limitation de vitesse sur les routes à double sens hors agglomération (sans séparation centrale) est de 80 km/h.

Le Comité interministériel de sécurité routière du 9 janvier 2018 a décidé de réduire la limitation de vitesse de 90 km/h à 80 km/h sur les routes à double-sens, sans séparateur central, en dehors des agglomérations. Cette mesure a été mise en oeuvre effectivement à compter du 1er juillet 2018. Seuls les créneaux de dépassement des sections à 3 voies restent limités à 90 km/h s'ils sont signalés.

La délégation à la sécurité routière a confié au Cerema, en lien avec l’ONISR et l’Ifsttar, l’évaluation de la mesure d’abaissement de la vitesse maximale autorisée (VMA) à 80 km/h sur le réseau routier bidirectionnel hors agglomération. Un dispositif d'observation de la circulation a été mis en place sur le territoire, avec des capteurs qui permettent d'analyser les vitesses en circulation mais aussi l'espacement entre les véhicules, poids lourds ou véhicules légers. D'autres équipes du Cerema étudient les temps de parcours, l'impact sur l'environnement (pollution-bruit), et le changement socio-culturel. Le suivi et l'analyse de l'accidentalité sont réalisés via le fichier national des accidents corporels de la route, en collaboration avec l'ONISR.

Avancement du suivi de la mesure 80 km/h :

(publication ONISR du 29 mai 2019 à l'occasion de la publication des résultats définitifs de l'accidentalité 2018) :

Alors que le premier semestre 2018 était dans la moyenne des 5 dernières années 2013-2017, 127 vies ont été économisées sur les routes hors agglomérations au 2nd semestre, contre 15 sur les autres réseaux.

Sur les 4 premiers mois 2019, on estime que 38 vies ont été épargnées par rapport à la moyenne 2013-2017 sur le réseau hors agglomération, et 45 vies perdues sur les autres réseaux. Les aléas météo et le vandalisme sur les radars ont été des facteurs aggravants de la mortalité routière, atténués sur le réseau hors agglo.

Distributions des vitesses sur les routes limitées à 80 km/h depuis le 1er juillet 2018 (source Cerema)

Les 50 points de suivis répartis sur le territoire sont situés sur des sections de routes sans contraintes spéciales (loin des radars, des virages, en trafic non contraint) de façon à observer les vitesses librement pratiquées par les usagers. 73 millions de passages de véhicules ont été enregistrés à ce jour.

Alors que la courbe de distribution des vitesses avait changé brutalement entre juin et juillet, elle est stable entre juillet et novembre. En revanche, entre décembre et février elle se décale vers la droite (légère hausse de la vitesse moyenne). Toutefois la distribution reste éloignée du profil du mois de juin, qui correspondait à la limitation de vitesse à 90 km/h. Il y a donc toujours un gain de sécurité lié à la nouvelle limitation de vitesse. Le relâchement de comportement observé depuis décembre 2018 semble circonscrit sur le réseau hors agglomération aux zones proches des radars détruits.

Premiers résultats (résultats provisoires d'accidentalité publiés en janvier 2019) :

en cours d'actualisation par le Cerema pour intégrer les résultats définitifs 2018.

Les premiers résultats sont décrits dans le rapport Abaissement de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h – Evaluation - premiers éléments, Cerema janvier 2019.

Dans ce premier bilan d’étape, le périmètre de suivi de l’accidentalité est légèrement plus large : toutes les routes hors agglomérations (hors autoroutes). Ceci inclut donc également les sections à deux fois deux voies, limitées à 110 km/h, ainsi que les abaissements locaux ponctuels de VMA, à 70 km/h par exemple. Cependant, comme les routes bidirectionnelles concernées par la mesure enregistrent plus de 90 % de la mortalité hors agglomération et hors autoroute, le comité des experts a recommandé de suivre l'efficacité de la mesure sur ce périmètre, la qualité de l'indicateur "hors agglomération" étant très stable dans le temps, alors que l'indicateur "bidirectionnel" n'est pas renseigné de façon exhaustive et donc ne permet pas d'apprécier les évolutions.